Qu’est-ce que le cognac ? Comment le boire ?

Le Cognac ! Ce noble breuvage nous vient tout droit de France. Il est aujourd’hui connu et respecté dans le monde entier. Il est associé au luxe, à la richesse et aux classes supérieures. Le cognac est également un symbole de la masculinité de classe – plus d’une star du grand écran l’a siroté au milieu de la fumée des cigares. Tout connaisseur de spiritueux (et pas seulement) devrait en connaître tous les secrets !

Histoire du cognac

Le cognac provient directement de France, plus précisément de la région de Cognac. Toutefois, seul un petit pourcentage de cette production est consommé dans le pays, le reste étant exporté. Le cognac a probablement été découvert grâce aux marchands hollandais qui achetaient du vin dans cette région et le transportaient vers leur pays sur des bateaux. Cependant, cet alcool s’est gâté au bout d’un certain temps, alors ils ont commencé à le distiller et à le diluer à nouveau lorsqu’ils sont arrivés à destination.

Comment le cognac est-il produit ?

Le vin de Cognac est toujours produit à partir de raisins blancs français, qui sont récoltés fin septembre et début octobre. Ils sont ensuite distillés deux fois dans des alambics charentais. Ensuite, l’alcool obtenu est versé dans des fûts de chêne où il va mûrir. Avant d’être mis en bouteille, le vsop cognac est très souvent dilué à un taux égal à 40 %.

Le goût du Cognac, une saveur unique pour les patients !

Cette boisson française s’améliore et devient plus complexe avec l’âge. Les cognacs plus jeunes sont généralement moins intéressants, car ils présentent moins de notes gustatives et aromatiques. Ils n’ont pas autant de « couches » qui se succèdent que leurs homologues plus âgés. Donc, si vous avez la patience, cela vaut la peine d’attendre et de laisser la liqueur mûrir dans le tonneau !

Dans quels verres boire le cognac ?

On entend souvent que le Cognac doit être bu dans un verre bombé et que le liquide doit être réchauffé avec notre main : c’est un mythe que. Alors, comment boire du cognac ? En fait, il est mieux servi dans de petits verres tulipe à pied légèrement allongé. Il serait bon également qu’ils aient un couvercle attaché. Grâce à cela et à la forme du verre, l’arôme de la boisson sera servi de la meilleure façon possible.

Comment sont-ils habituellement servis ?

Il existe plusieurs manières de les servir. Évidemment, le cognac pur offre l’expérience gustative la plus intense. Vous pouvez par ailleurs ajouter des glaçons au cognac, ce qui le rendra plus buvable et plus rafraîchissant. Il convient de mentionner qu’il est très savoureux, servi avec des fruits de mer tels que des huîtres ou avec des sushis. En apéritif, il se marie bien avec du tonic ou de la bière au gingembre.

Quel cognac pour un cadeau ?

Une occasion spéciale approche et vous ne savez pas quelle boisson offrir à quelqu’un ? Vous vous demandez quel est le bon cognac à offrir en cadeau ? Vous êtes sûr de le trouver chez le site premiersgrandsrus.com ! La vaste gamme de cognacs de cette boutique en ligne comprend les meilleures suggestions, parfaites pour un cadeau. Différentes gammes de prix et de profils de saveurs vous permettront de choisir la bonne boisson, même pour les gourmets les plus pointilleux, et de découvrir tous les secrets du monde des spiritueux !

Quelques recettes de cookies maison faciles a faire

Les cookies sont des petits gâteaux au goût succulent. Ils peuvent être dégustés sucrés, salés ou beurrés. Dans tous les cas, le goût ne laisse pas indifférent. Souhaitez-vous en cuisiner pour une petite dégustation en famille ? ? Découvrir les multiples saveurs des gâteaux américains vous plaît-il ? Découvrez ici des astuces très simples et pratiques pour réussir la conception des cookies.

Comment préparer des cookies maison ?

Les cookies représentent en effet de petits gâteaux qui cuisent très rapidement. Les ingrédients qui servent à sa préparation sont minimes. Avec 15 minutes à peine, vous pouvez finir la préparation des  petits gâteaux que sont les cookies. Avoir à votre portée les ingrédients nécessaires dans votre cuisine est l’ultime condition pour réussir parfaitement leurs cuissons. De la Farine, du beurre, du chocolat, des œufs, du sel, du sucre, de la levure et la vanille sont les ingrédients nécessaires pour la préparation des cookies. Comme matériels de cuisson, il vous faut : le four, les papiers cuissons et le saladier. Passez ensuite à la première étape de la préparation. À cette étape, il faut faire le mélange de chacun des ingrédients. Commencez par le mélange bien fait de l’ensemble des ingrédients cités précédemment.

Après avoir mélangé correctement l’ensemble des ingrédients, passez à la prochaine étape de la conception des gâteaux. Ici, il s’agira de mettre en de minuscules boules la pâte obtenue et de les poser sur une plaque protégée du papier sulfurisé. Aplatissez très légèrement les boules formées sans trop les rapprocher. Mettez-les enfin au four. 10 bonnes minutes seront suffisantes pour les faire cuire. Avec ce processus, vous obtenez irréfutablement de parfaits cookies. Dosez les ingrédients selon le nombre de gâteaux à préparer.

Astuce pour réussir à faire des cookies moelleux

Il existe une multitude d’astuces pour faire des cookies. Mais, s’armer des meilleurs ingrédients est toujours mieux lorsqu’on vise la douceur et la qualité. Pour obtenir des cookies, il faut utiliser des ingrédients donnés. On note comme ingrédients du beurre mou. Pour que le beurre soit bien mou, sortez-le une à deux heures au maximum avant de l’utiliser pour faire les biscuits. Quand il est mou, il est plus facile de le travailler. En plus, il donne un goût meilleur et une belle apparence aux cookies. Le sucre issu de la canne est également un ingrédient qu’il faut privilégier en lieu et place du sucre blanc. En effet, le sucre blanc ne cuit pas vite. Le sucre issu de la canne quant à lui a une cuisson plus rapide et le rendu est parfait. La preuve, les biscuits sont plus résistants. Les deux ingrédients évoqués sont les ingrédients les plus appropriés pour obtenir à la fin de la cuisson des cookies moelleux.

Pour la cuisson, le processus est presque pareil. Toutefois, ici, il faut éviter de fendre excessivement la pâte. Lorsque la pâte est trop malaxée, il peut y avoir incorporation d’air. Fabriquez ensuite les minuscules boules en prenant garde de trop les rapprocher. Enfin, rendez-les légèrement aplatis et mettez-les au four sur une plaque recouverte de papier sulfurisé. Laissez cuire pendant dix minutes au moins et 12 minutes au plus avant de les retirer du four. Ressortez-les du four, vous obtiendrez des gâteaux légèrement crus. Il faut les laisser refroidir un moment. Vous pouvez ensuite passer à la dégustation. 

 

Quels avantages offre le choix des plats a emporter ?

 Manger sur place ou commander un plat à emporter, lequel choisir ? Cette question ne devrait même pas se poser sachant que le choix à faire dépend du contexte dans lequel vous vous trouvez. Pour un déjeuner en tête-à-tête ou un diner d’affaires, le cadre d’un restaurant est l’idéal. Si vous avez une charge de travail importante dans la journée, il est mieux de commander un plat à emporter et de le déguster au bureau.

Depuis ces dernières années, le secteur des plats à emporter a le vent en poupe. La vente à emporter a connu un franc succès auprès des consommateurs pour diverses raisons :

Une offre à choix variés :

Le système de la vente à emporter propose une grande variété de plats. Les restaurants misent sur la richesse des menus pour combler toutes les saveurs et les envies de chacun. Il existe différents types de plats offerts. Le restaurant a emporter La Rochelle propose, par exemple, différentes formules :

  • Plats d’entrée : salade verte, légumes, tartes…
  • Soupes et plats chauds : légumes, sandwiches
  • Plats de résistance : couscous, poisson au curry, canard laqué, frites, côtes de porc…
  • Desserts : tartes, glaces, salade de fruits…

Des plats à prix abordables, toujours moins chers :

La nourriture à emporter coûte moins cher qu’un plat de restaurant à prendre sur place. Ainsi, prendre un plat à emporter permet une économie d’argent importante pour les personnes qui commandent tous les jours. Cela permet de maîtriser et réduire les dépenses tout en dégustant de bons mets chaque jour. Pour une commande avec livraison à domicile, il faut ajouter le prix de la livraison. Quoi qu’il en soit, si votre bureau ou votre maison – c’est-à-dire l’adresse de livraison – se trouve près du restaurant, les frais de livraison peuvent être offerts. Mais à condition que votre commande soit régulière.

Une nourriture saine, équilibrée et savoureuse :

 Pour répondre aux besoins des consommateurs, les spécialistes des plats à emporter misent sur la qualité en considérant trois critères :

  • La fraicheur : pour obtenir des plats sains et équilibrés, l’idéal est de travailler sur des aliments frais, des légumes frais. Il ne faut pas considérer les repas à emporter comme des malbouffes, car ils sont préparés en respectant la qualité et les normes.
  • Le goût : les différents plats proposés permettent d’avoir une grande variété de saveur.
  • L’hygiène et la propreté : un critère qui n’est jamais négligé dans le secteur de la restauration.

Des plats tout prêts pour faciliter la vie :

Que ce soit au travail ou à la maison chez vous, les repas à emporter vous permettent de gagner du temps, de manger sans se soucier de la préparation. Au bureau, vous prenez votre plat rapidement au restaurant et repartir pour rejoindre le travail. Chez vous, vous pouvez profiter du moment pour discuter avec vos proches et vos amis en les servant des bons plats chauds et succulents. Certes, rien ne peut remplacer des bons plats maison, préparés avec amour. Mais parfois, il faut aussi consacrer du temps à la famille pour parler et discuter. Notons également que les plats à emporter résistent souvent mieux au trajet que les plats en livraison. 

Du rhum blanc au rhum vieux : les différents types de rhum

Si on vous disait plantation de canne à sucre, mélasse, époque coloniale, pirates et la Barbade, à quoi pensez-vous ? Au rhum, bien évidemment ! Cette eau-de-vie qui, à une époque, était la boisson la plus consommée par les pirates et les esclaves. L’histoire du rhum remonte en 1493, à l’époque où Christophe Colomb apporte avec lui des plants de canne à sucre aux Caraïbes. Les plantations vont alors s’étendre sur les différentes îles pour la production de mélasse et de sucre. Ce n’est qu’une centaine d’années plus tard, c’est-à-dire au 17ᵉ siècle qu’on retrouve les premières traces de la fabrication de rhum à la Barbade. À cette époque, le rhum était encore une eau-de-vie rudimentaire particulièrement forte. Mais au fil du temps, les techniques se sont affûtées pour offrir des produits plus raffinés et plus subtils. Aujourd’hui, le rhum est un spiritueux très apprécié qui se décline sous différents variants. Dans cet article, nous allons donc voir chacun d’entre eux.

Le rhum blanc

Le rhum blanc est désigné ainsi en raison de sa couleur transparente. Comme tous les rhums, il est fabriqué à partir de la canne à sucre. Il faut tout de même souligner que le rhum peut être soit agricole, soit traditionnel. Lorsque le rhum est dit agricole, il est directement fabriqué à partir du jus extrait de la canne à sucre. Par contre, lorsque cette eau-de-vie est dite traditionnelle, elle est fabriquée à partir de la mélasse. En effet, durant l’époque coloniale, le rhum a été confectionné principalement à partir de cette dernière, d’où le terme traditionnel.

Maintenant, refermons cette petite parenthèse et revenons à notre sujet qu’est le rhum blanc. On ajoute de la levure au jus de canne à sucre ou à la mélasse, ce qui va provoquer une réaction et transformer le liquide en alcool. Mais ça ne s’arrête pas là. Le fabricant passe ensuite à l’une des étapes les plus importantes, à savoir la distillation puisqu’elle détermine la qualité, la saveur et l’arôme de cette eau-de-vie. C’est la filtration au charbon actif qui permet de donner au rhum blanc sa couleur pure et transparente. Il va alors cuver pendant une durée inférieure à 12 mois avant la mise en bouteille et la vente. En principe, le rhum blanc possède un taux d’alcool supérieur à 40 %.

Le rhum ambré

Tout comme le rhum blanc, le rhum ambré peut être agricole ou traditionnel. Il a hérité de ce nom en raison de sa fameuse couleur ambrée ou caramel. Le fait est qu’il obtient cette couleur en cuvant entre 12 à 18 mois dans un fût en chêne. Ce type de rhum contient généralement un taux d’alcool d’environ 20 %. En d’autres termes, il n’est pas très fort par rapport au rhum blanc. La plupart du temps, le rhum ambré ne se consomme pas tel quel. Il entre surtout dans la préparation de différents cocktails.

Le rhum vieux

Pour les vrais amoureux de ce type d’eau-de-vie de canne à sucre, le rhum vieux, c’est ce qu’il y a de mieux. Pour obtenir cette appellation, ce rhum doit séjourner dans un seul fût ou dans différents fûts de manière successive, pendant au moins 3 ans. La durée de l’élevage, le choix du fût utilisé, le niveau de température ou encore le taux d’humidité du lieu de cuvage peut influencer la saveur, l’arôme ainsi que la texture du rhum vieux. En d’autres termes, il s’agit ici d’un art et d’un savoir-faire à part entière. D’ailleurs, la plupart du temps, les producteurs de rhum vieux gardent secrète la technique d’élevage de ce type de rhum.

Nos astuces pour reconnaître le vin idéal pour votre mariage

Les vins ont tous une histoire à raconter, une saveur à faire découvrir autant aux passionnés qu’aux amateurs et une réelle vocation viticole à démontrer. Pour un mariage que pour d’autres cérémonies, le vin tient toujours sa place sur la table des invités, à boire avec le plus grand des raffinements. Pour les palais exercés comme aux plus délicats, trouvez le vin qui convient le plus à votre cérémonie de mariage.

Choisissez le vin selon le menu

Le vin doit toujours se marier parfaitement avec la cuisine proposée. Le vin n’est pas seulement une boisson, c’est avant tout une agrémentation du menu afin de faire ressortir les bonnes saveurs. C’est le vin qui sublime le plat et il ne doit être en aucun cas vu comme un complément. Les vins plutôt sucrés ou fruités sont par exemple idéals pour agrémenter le dessert si le vin rouge, étant capiteux, est apprécié pour accompagner les plats de viande. Le vin blanc, quant à lui part souvent en accompagnement d’une entrée froide ou de plats crus. En gros, il faut savoir trouver l’équilibre parfait pour que la boisson puisse montrer son potentiel sans être gâchée par l’odeur ou le goût des plats. Plus le plat est savoureux, plus le vin doit être puissant. Vous pouvez alors trouver des pépites aromatiques et puissantes chez des vignerons professionnels comme un caviste en ligne.

Déterminez le bon vin selon le nombre d’invités et le budget

Il faut savoir que le prix d’une bouteille de vin peut varier d’une dizaine d’euros jusqu’à des milliers d’euros selon le domaine. Il s’agit alors d’un choix à baser sur la capacité financière et le nombre d’invités pour le mariage. Si vous avez décidé d’ajouter du gibier, du caviar, du foie gras ou de la truffe au menu, c’est que vous prévoyez de présenter à vos invités un menu gastronomique et raffiné. Le vin à choisir doit alors s’accorder à ce concept pour mieux parfaire la cérémonie. Le vin rosé est réputé pour sa douceur et est aussi parfait pour toutes les occasions. C’est un vin à privilégier en raison de sa subtilité. Une petite gorgée peut réellement procurer une onctuosité incroyable. Le vin blanc est également préféré pour relever les plats sans pour autant masquer leur saveur.

Sachez que le prix n’est pas toujours gage de qualité

Lorsque vous choisissez un vin de mariage, vous devez d’abord vous rendre compte que vous allez avoir une cinquantaine d’invités à nourrir. Ce n’est pas pour autant une raison pour acheter n’importe quel vin bon marché sur le marché. La qualité doit toujours être un critère de choix à considérer. Un vin doit toujours être léger, rafraîchissant, subtil  en bouche bien que puissant. L’arôme n’est pas non plus à négliger pour renforcer sa saveur. Mais si vous voulez trouvez toutes ces caractéristiques dans une seule bouteille, ce n’est pas non plus une raison de payer le prix le plus cher. Le coût d’un vin n’est jamais une référence pour définir sa qualité. Le marché du vin et très concurrentiel et il faut toujours s’attendre à trouver une petite merveille à prix raisonnable.

Route du vin : le vin de nos amis portugais

Géographiquement, le Portugal se situe au sud-ouest de la France et juste collé à l’Espagne. Un pays très influencé par le foot qui est devenu son emblème de popularité, le Portugal dispose également plusieurs monuments à visiter. En ce qui concerne le vin, les Portugais en ont fait sa spécialité.

La place du vin Portugal

Portugal se classe maintenant 4e grand producteur de vin en Europe. Ce pays a établi un savoir-faire très amélioré dans la production du vin. Deux marques de vin portant l’étiquette du Portugal dominent le marché mondial depuis des années : le Porto et le Madère. Ce vin est très commercialisé dans des pays étrangers. Mais depuis quelque temps également, les vins locaux ont également évolué et même si le Minho et le Douro sont destinés à la consommation locale, sa qualité est très appréciée. 

Ce qui est exceptionnel chez les viticulteurs portugais est la manière dont les Quintas ou producteurs de vin ont évolué dans ce domaine, en offrant des produits bien recherchés et peuvent se placer sur la table des concurrents. C’est d’ailleurs à Portugal qu’on trouve le meilleur vin vert de l’Europe, vendu en hectolitres. Il y a encore différents types de vin produit par ce pays, tels que l’Alvarinho qui se présente avec ses arômes floraux et Casal Garcia, le vin le plus acidulé de la région.

N’hésitez pas à choisir le vin d’accompagnement de vos repas

Sur l’étiquette des vins du Portugal, la formule est presque la même avec seulement 11 % d’alcool, et un grand pourcentage du jus de la vigne. Ce qui rend le vin très fruité, et un peu acidulé, qui peut largement accompagner différents types de recettes. Puisque c’est une région riche en fruits de mer, le vin se mélange aisément avec un grand plat de salade de fruit de mer ou de poissons grillés et le fameux Bacalao (plat à base de morue). 

Si vous séjournez à Portugal, mettez dans votre emploi du temps la visite des vallées de vin, et achetez-en une bouteille pour le plaisir.

Pourquoi suivre un cours sur le vin ?

Le vin est une boisson qu’il est préférable de déguster en compagnie. Il sera toujours bon de partager un verre de vin avec des amis et de rire aux éclats. Chaque fois que nous prenons un verre de vin, nous libérons l’étincelle que nous avons en nous et nous renversons les préjugés, nous devenons des personnes plus ouvertes et plus sensibles. C’est pourquoi le vin nous aide à établir des relations avec les autres d’une manière beaucoup plus réelle.

Qui n’est pas tombé amoureux après quelques verres de vin ?

Pour ceux d’entre nous qui aiment les vins spiritueux, nous savons qu’il n’a qu’une seule entrée et une seule direction, celle qui nous amène à mieux le connaître… Voyez comment vous pouvez en apprendre davantage sur votre boisson préférée !

Partout, les gens parlent de vin. Certains en savent beaucoup, d’autres peuvent à peine prononcer le nom d’un cépage. De quel côté êtes-vous ? Si vous souhaitez acquérir davantage de connaissances sur le vin, nous vous expliquons aujourd’hui comment cela est possible.

Le vin est devenu une grande passion française

 Bien que nous ayons toujours été une nation amatrice de vin, l’essor de la viticulture locale ces dernières années nous a fait découvrir bien plus que ce que nous pensions savoir. D’un instant à l’autre, un monde aux saveurs infinies s’est ouvert devant nous et a déclenché des milliers de questions dans nos esprits.

S’il y a vingt ans encore, nous nous contentions de savoir que le vin que nous allions boire avait été produit par une cave connue, il y a dix ans, nous avons commencé à être animés par le besoin de connaître le nom du vigneron, la région d’origine, le cépage et le fait qu’il ait été ou non élevé en fût de chêne. Mais ce n’est pas tout, depuis cinq ans, nous recherchons des informations sur le vignoble, la façon dont il était travaillé et même les conditions dans lesquelles les raisins étaient récoltés chaque année. Cependant, toutes ces informations qui nous semblaient essentielles pendant des années nous sautent aux yeux aujourd’hui et nous nous préoccupons de questions telles que les sols, les climats, le caractère biologique ou non de la production ou les nouvelles techniques de vinification utilisées. Comme vous pouvez le constater, la route du vin n’a qu’une seule porte d’entrée et une seule direction, celle qui nous amène à en savoir chaque jour davantage.

Maintenant, comment pouvons-nous en apprendre davantage sur le vin chaque jour ?

D’un côté, il y a les possibilités offertes par les livres et l’internet, mais en matière de vin, il y a une limite à l’autodidaxie. Personne ne peut apprendre le vin tout seul, car au-delà de la théorie et de la géographie, il existe des connaissances qui méritent d’être partagées et comprises par des experts, comme la dégustation, la communication et aussi l’interprétation que demandent certaines variantes et certains facteurs de terroir. Bien que toutes les réponses se trouvent dans le verre, il est important de savoir qui peut vous aider à les déchiffrer.

Science et alimentation : quel est le rapport ?

Il arrive parfois que certains domaines donnent l’impression de n’avoir rien en commun. Cependant, au-delà de cette apparente indépendance, il existe souvent un lien aussi étroit qu’il soit. C’est ici le cas de la science et de l’alimentation. êtes-vous d’accord ?

L’alimentation en elle-même

La notion d’alimentation semble banale, mais elle fait intervenir plusieurs paramètres essentiels. D’entrée,  précisons que la notion d’alimentation fait appel à un ensemble de techniques et de méthodes poursuivant le seul but de permettre à l’homme de se nourrir. Malgré cela, bien au-delà de cette simple notion, la question de l’alimentation prend en considération un certain nombre d’éléments. Parmi ceux-ci nous pouvons citer :

  • la phase de développement de l’individu : l’alimentation d’une personne doit être fonction de la phase de développement à laquelle il se trouve. Autrement dit, la nourriture d’un nourrisson est différente de celle d’un enfant, qui est tout aussi différente de celle d’un adulte ;
  • Le besoin nutritionnel du sujet : il peut être à la fois fonction de la phase de développement de l’individu, mais aussi de sa morphologie et des éventuelles infirmités dont il est atteint.

 

D’autre part, une bonne alimentation doit être :

  • saine : car elle doit partir d’un ensemble d’aliments sains et non toxiques pour celui qui l’a consommé ;
  • équilibrée : elle doit être dans le juste milieu entre toutes les valeurs nutritives nécessaires. Elle ne doit pas être trop grasse, ni trop sucrée ou encore moins trop salée.

La touche scientifique

La science permet chaque jour de rendre les questions d’alimentation plus précises. En effet, elle réalise dans le temps des études plus approfondies des substances nutritives et propose continuellement des solutions scientifiques pertinentes, face aux problèmes d’ordre alimentaire.